Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le Tango et l'Ecriture avec Les Kryptonniques- Paris-Montreuil

EXTRAITS - textes

Publié dans #Ecriture

Il y a ce que nul n'a vu ni connu sauf celui qui cherche dans le tourment des mots à traduire le secret que sa méméoire lui refuse.

Louis René Des Forets 

 

 

Un metteur en scène, je crois doit seulement donner espace à l'acteur. A l'intérieur, à l'extérieur. Balayer le moi, les minauderies, les exihibitions, les exagérations. Lui donner de l'air, mais ne pas tout brûler. Faire le vide mais un vide matriciel. Un vide mais charnel, chaud, fécond, magique.

Arianne Mnouchkine

 

----------

 

 Il y des idées magnifiques qui vous viennent parce qu'on vous chasse de partout.

Arianne Mnouchkine


---------------

 

 

... comme une langue en peine de parole jeta le bruit de sa voix au-dehor.

  Dante. Enfer, chant XXVI

 

--------------

 

 

Le poème est l'amour réalisé du désir demeuré désir.

René Char

 

-------------

 

 

Une nuit, frôlant le feu, le pagne de la danseuse s'est enflammé. Maria Bailarinha ne s'est pas arrêté de danser. Les gens se sont mis à crier pour l'avertir. Le feu s'est concentré autour de ses vêtements, mais elle ne s'arrêtait ni ne laissait personne s'approcher. Possédée par le vertige, elle dansait déjà avec sa propre mort. Jusqu'à ce qu'elle cesse, paraissant intacte et entière. Lorsque la première main l'a touchée, elle s'est défaite en cendres, poussière emportée par la brise.
Mia Couto

----------

Beauté, je me porte à ta rencontre dans la solitude du froid. Ta lampe est rose, le vent brille. Le seuil du soir se creuse.
René Char


----------

La liberté

Elle est venue par cette ligne blanche pouvant tout aussi bien signifier l'issue de l'aube que le bougeoir du crépuscule.
...
Son verbe ne fut pas un aveugle bélier mais la toile où s'inscrit mon souffle.
D'un pas à ne se mal guider que derrière l'absence, elle est venue, cygne sur la blessure, par cette ligne blanche.
René Char

-------------

Nous sommes Ouvriers, Sire! Ouvriers! Nous sommes
Pour les grands temps nouveaux où l'on voudra savoir,
Où l'Homme forgera du matin au soir,
Chasseur des grands effets, chasseur des grandes causes,
Où lentement vainqueur, il domptera les choses
Et montera sur Tout, comme sur un cheval!
Arthur Rimbaud

-----------

Craindre le changement ? Et qu’est-ce qui peut s’accomplir sans le changement ? Est-il rien de plus cher et de plus propre à la nature de l’univers ? Toi-même, peux-tu prendre un bain, si le bois qui le chauffe ne se transforme pas ? Peux-tu te nourrir, si les aliments ne changent pas de forme ? Rien d’utile peut-il se faire sans le changement ? Ne vois-tu donc pas que tes propres changements sont de même espèce et aussi nécessaires à la nature de l’univers ?
Marc Auréle





Partager cette page